DOJO SHODOKAN VENDEE

35, allée Alain Gautier
Parc Actilonne
85340 Olonne sur Mer

Pour tous renseignements:

Morgan PRUVOST
Tél: 06 12 11 11 15
Mail: dojo@shodokan-kendo.com

  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon

LE DOJO

HISTORIQUE

L'héritage Shodokan

 

Il y a de ces héritages qui imposent de la fierté et une grande responsabilité à ceux qui les reçoivent. Celui que je dépeins ici est le témoignage d'une confiance établie entre mon senseï et moi-même, confiance acquise au terme d'un engagement total et fidèle, bâtie sur quinze années de pratique auprès de la famille Okada.

Loin de vouloir dresser un portrait, difficilement exhaustif par ailleurs, de mon parcours de kendoka, l'historique qui suit n'a pas d'autre vocation que d'expliciter le nom du Shodokan Alsace. Il en éclaire par conséquent le sens, sa valeur et l'importance qu'il trouve à mes yeux car il est le fruit d'une volonté incroyablement humaniste forgé par des hommes, persuadés que le kendo peut faire éclore le meilleur qui existe en chacun de nous.

En voici brièvement son histoire :On le dirait à moins, le kendo, demeure un élément essentiel dans la vie d'un être humain. Au-delà de ce doux euphémisme que confère cette révélation et dont je suis moi-même le premier convaincu, cette perspective ne trouve néanmoins de sens qu'à l'unique condition d'être guidé par un bon senseï, et ce, dans un lieu favorable à l'épanouissement de cet art.Alors, si pour moi, le kendo apparut très vite comme

une évidence, -phénomène aussi inexplicable qu'organique- l'absence d'un senseï véritable et d'un dojo contituaient un frein important à ma volonté de grandir au coeur de cette discipline.

 

C'est en juillet 1986, après un peu plus de dix ans de pratique, que se produit mon premier électrochoc au moment où Ô senseï Okada Yasuhiko, père de Okada Morimasa, actuel directeur du Shodokan Tokyo et fils de Ô Sanseï Okada Morihiro, fondateur dudit dojo, dirige un stage à Magnanville, chef-lieu des Yvelines. De cette expérience jaillit l'espoir de combler ces manques. Un an plus tard, la rencontre avec Okada Morimasa au stage de Val d'Isère, confirme définitivement mon désir de suivre leur enseignement.
En 92, baluchon sur le dos, je m'envole vers la maison-mère, le shodokan de Tokyo et deviens disciple de Okada Morimasa senseï.
L'expérience intense que j'y vis est sans appel, ma vision du kendo, boulversée à jamais.
Si avril 2005 marque déjà mon quatrième séjour au Japon, il va également marquer un tournant important dans ma vie. Alors que depuis quelques années, mon dojo de Mutzig s'efforce de trouver ses marques, et emboîte le pas d'un kendo traditionnel, Okada Morimasa senseï honore mon dojo en lui attribuant le nom de Shodokan. Ce passage de témoin, flambeau d'une confiance qui dépasse les frontières et achève le chemin entre Tokyo et Mutzig me place sur un nouveau départ. La logique paraît néanmoins respectée puisqu'il n'existe d'impasse dans le kendo.

 

 

Shodokan Vendée


Entraîné par le tourbillon de la vie comme on l'est par le rythme d'un kakarigeiko, me voilà en Vendée prés des Sables d'Olonne.
De la même manière que le premier men d'un kakarigeiko conditionne la suite et reste le plus important, le Shodokan Vendée est la suite logique du Shodokan Alsace dont la référence demeure le Shodokan de Tokyo.

 

 

Jacques Muller

Sensei du Shodokan Vendee

 

Le Nom Shodokan

Traduction : « Le lieu où l'on suit une

progression sans fin. »

A noter que le kanji « Sho » provient de

2 autres kanjis rassemblés en 1 :

Le premier représente une fenêtre,

un passage.
Le deuxième représente le passage de l'air

à travers le premier qui s'élève vers le ciel.

Sans fin

Le chemin/ la voie

Le lieu   

Kanji

Do

Sho

Kan

Signification

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now